Thierry Paqui : « Il faut être au top niveau, il n’y a pas de marché pour les mangues moyennes ».

Août 19, 2022

Avec plus de 20 ans d’expérience dans l’agriculture et le développement rural, Thierry Paqui est éprouvé à coup sûr. Si pour le magazine FRUITROP, il écrit sur le commerce de l’ananas, lors de West Africa Connect, il participera à une table ronde sur les opportunités d’exportation et les défis de l’industrie de la mangue en Afrique de l’Ouest, une autre de ses spécialités. Faisons connaissance avec Thierry dans cette interview.

Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours ?
« J’ai fait des études de droit et d’agribusiness, ce qui m’a permis de travailler dans le secteur de l’horticulture dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). À travers diverses missions dans les pays ACP, j’ai travaillé avec de nombreux exportateurs et organisations professionnelles. J’ai également aidé ces exportateurs à faire face aux questions concernant la commercialisation et l’accès de leurs productions aux marchés européens. Ma connaissance des attentes des marchés d’exportation est renforcée par le fait que j’effectue régulièrement des contrôles de qualité des cultures exportées des pays ACP pour les importateurs européens. »

La mangue fraîche est populaire en Afrique de l’Ouest, mais c’est aussi un fruit tropical très apprécié des Européens. Pourquoi cette popularité croissante, à votre avis ?
« Au début, seuls les pays en dehors de l’Europe fournissaient des mangues. Aujourd’hui, ce fruit est devenu plus populaire et disponible auprès de nombreuses sources différentes, comme l’Espagne. De fait, l’Espagne est devenue un acteur clé suscitant l’intérêt pour ce type de fruits en Europe. La qualité et la saisonnalité des différentes sources jouent également un rôle important. En ce qui concerne les variétés, la plupart des acheteurs recherchent des Kent d’Afrique occidentale. Les consommateurs européens recherchent des mangues colorées et sans fibres et la Kent remplit toutes ces conditions. »

Quels sont les marchés intéressants pour les mangues fraîches d’Afrique de l’Ouest ?
« L’un des marchés clés est la France, principalement parce qu’il y a une forte demande de mangues pour le fret maritime et aérien. Les mangues africaines sont plus compétitives, en raison de la proximité des marchés européens. En outre, les consommateurs français n’hésitent pas à payer un peu plus pour des fruits exotiques de qualité. En ce qui concerne les autres marchés, les autres destinations intéressantes sont la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas, ce dernier pays servant principalement de plaque tournante.

Ce que je tiens à souligner, c’est que l’Europe n’est pas la seule option pour les fournisseurs ouest-africains. Par exemple, le Maroc achète beaucoup de mangues à la Côte d’Ivoire. Comme pour tous les marchés, il faut faire preuve de diligence raisonnable – repérer, connaître les coûts et s’assurer d’avoir les bons contacts. »

Quelles tendances offrent des opportunités sur le marché européen de la mangue ?
« Il existe un marché pour les mangues fraîches biologiques, mais c’est une niche dans la niche, principalement en raison de la coûteuse voie de certification que les fournisseurs doivent emprunter. À mon avis, cette démarche n’est guère rentable, notamment en raison des autres mesures que vous devez prendre pour vendre des produits biologiques. Concentrez-vous plutôt sur la qualité, la qualité et la qualité. C’est comme un mantra pour moi et ce que je veux dire par là, c’est que la concurrence est forte et qu’il est donc très important d’investir dans la qualité de A à Z. Ce n’est pas tant une question de goût, les gens apprécient déjà les mangues d’Afrique occidentale pour leur goût. Il s’agit plutôt d’une combinaison de la qualité du fruit lui-même, de la manière dont vous traitez vos cultures tout au long de l’année et dont vous les récoltez, de l’emballage, de la manutention et de la cohérence. »

Thierry Paqui participera au premier webinaire de West Africa Connect le 20 septembre. Gardez un œil sur notre programme pour en savoir plus bientôt !